Espagne

ParEmi

Espagne

Nous sommes finalement parti à l’heure dite: 8 h.

Nous avons eu un sale temps avec un sacré vent de face, des pluies fortes. Dès le départ nous avons été inondé par les fenêtres du salon et la porte de la soute qui est contre le lit de NINA. Nous prenions l’eau quand roulant. Déjà les ennuis.

Premier séjour d’Espagne du 11 au 14 avril 2018:

Nous sommes arrivés à Saragosse vers 20 h dans un joli parking avec une belle aire de jeux au milieu d’un petit village. La pluie nous a empêché d’en profiter.

Madrid:

Ce matin nous sommes partis sur Madrid, encore un sale temps. Nous sommes arrivés vers 15 h. On a eu du mal à se garer. A savoir que pour se garer y a un côté bleu moins cher au long terme et un vert plus cher à court terme. Et oui, on a choisi le vert et nous l’avons évidemment compris plus tard. Nous savions que c’était une visite express donc on a choisi le parc. La verrière était fermée mais la ballade sympathique. 2 h plus tard il pleuvait! On est reparti en ayant du mal à trouver l’entrée de l’ autoroute malgré le GPS.

Gérone :

En parlant des autoroutes, elles sont gratuites à partir de Gérone et jusqu’à Malaga. De Malaga à Algeciras c’est excessif.

La visite de Gérone c’est faite avec des intermittences de pluie. Nous n’avons pas trouvé l’accès à l’Alambra. Le centre est devenue interdit à tous véhicules sauf bus et taxi. Gps pas au point. Nous avons adoré le quartier des maisons blanches et le vieux centre ville. Nous avons fait une halte à un vieux Mr qui vendait des churros maison trempé! dans un bon chocolat chaud… Ma fille est revenue lui dire: miam miam les churros. Elle sait se faire comprendre.

Pour mes amis camping cariste les stations-service Repsol sont bien en tout point : l’accueil, les enfants sont toujours ressortie avec des sucettes et des chocolats. La propreté des sanitaires, certaines ont des distributeurs d’eau de Cologne. Et la plupart du temps on peut faire le plein d’eau gratuitement.

On se voit dedans.

Algeciras:

Algeciras nous sert comme beaucoup de monde à faire le plein de laitage et de “cochon”.

Maintenant nous attendons le bateau. Nous avons pris les billets chez virales Normandie comme beaucoup.

J’essaierai de mettre les photos . Même s’il a plu nous en avons pris.

Deuxième séjour Espagne du 12 Mai au 14 mai 2018.

Tarifa:

Nous sommes allés direction Tafifa dès la sortie du bateau. On a repéré notre spot pour cette courte nuit toujours sur park4night.com. Nous espérions que nos amis Belges nous rejoignent. Surprise! On a tanqué ce matin. Levé 10h30. Tout le monde avait besoin de dormir. Notre spot était au bord de l’océan, une plage de kyte surf avec une belle promenade et une aire de jeux. Nos amis étaient juste à côté. On a zappé l’école. On a été à l’Ouest une bonne partie de la journée.

Nous avons visité la partie ancienne de Tarifa. Petite réflexion: on est toujours au Maroc car c’est une Médina!!! Ah non on est bien en Espagne y a une église. Le soir, dîner à la bonne franquette avec nos amis. On sépare le lendemain matin mais on reste en contact.

Séville:

Nous arrivons à Séville, une ville relativement calme et apaisante malgré sa Grandeur. Un grand parking en plein centre pour 1€ et en plus on peut y dormir.

Pour une fois je tenais à une visite bien formelle. Comme nous n’avions pas réussi celle de l’Alhambra je voulais réussir celle de l’Alcazar. notre téléphone refuse catégoriquement d’acheter des billets en ligne, j’ai oublié ma carte handicap donc on se tape 2 h de queue sur un soleil de plomb. Encore de l’architecture Arabe mais une belle histoire autour. Il fait très chaud et ce dédale de pièce et de jardins nous fait une bonne climatisation naturelle.

La cathédrale est majestueuse. avant c’était un minaret et elle en a gardé la porte. L’orgue est composé de 4 orgues.

Nous avons fini notre tour de cette ville calme et pourtant si vivante avec la place d’Espagne. De la musique, de la danse une belle esplanade.

 Troisième passage en Espagne du 18 au 22 Mai 2018

Saint Jacques de Compostelle:

La route pour St Jacques ne fut pas de tout repos. Après la crevaison, la route était interminable ou alors nous étions fatigués nerveusement.

Mais nous sommes excités de rencontrer enfin nos “futurs amis” que nous suivons et depuis janvier. Nous étions assez frustrés de ne pas les avoirs vus au Maroc et au Portugal donc la c’est la bonne. Ils ont l’air tés sympas car en apprenant que nous avions crevé et que nous arriverions trad ils nous ont proposé de préparer à manger. Ca de moins a pensé en finissant la route. Manu, Xavier et leurs enfants nous accueille chaleureusement, on passe une bonne soirée. Chacun va se coucher dans sa maison. Bé oui on partage le repas mais  pas le lit quand même.

Le lendemain, on saute l’école, pour une fois. On part à l’assaut de st Jacques. Je ne suis pas une pèlerine mais pour arrivée devant la cathédrale faut grimper. On passe par le marché, en fait c’est diverses halles anciennes. C’est une ville qui grouille de monde, normal avec les pèlerins mais très animée: des musiciens, des artistes…On visite la cathédrale et on mange à l’heure espagnole de retour à nos logis.

On repart tous ensemble, on va passer quelques jours au bord de l’océan. Avant arrêt vidange et remplissage.

La Corogne:

On arrive tard à La Corogne. Xavier est stressé car le parking n’est pas autorisé pour son camion. en attendant de voir si quelqu’un vient nous embêter, Manu et moi nous emmeneons les enfants au parc d’en face. Ils s’entendent assez bien. Mais le chiffre 3 (Adrien est resté avec les hommes) fait qu’ils se chamaillent.

Au final, on tente le coup d’y rester.On part à la recherche d’un resto dans le centre touristique de la ville. C’est pleins de petits bars à tapas, de vitrines en tout genre.

Ferrol :

Nous partons vers Ferrol. Xavier a repéré un spot en pleine nature au bord de l’océan. C’est assez venteux mais c’est joli, vaste. Après toutes ces villes ça va nous faire du bien ce calme. L’océan est déchaîné.

Pendant les quelques jours que nous passons ensemble nous partageons nos repas sauf les petits déjs. On prend ce qu’on a, on mélange. C’est fun j’apprécie ce mode de vie.

Malgré le vent nous partons nous balader sur la plage. Seb a sorti le cerf-volant mais il a du mal à le tenir. Nous sommes dimanche et le bar de plage est ouvert alors on va boire un coup.

Le lendemain, les hommes partent à la recherche de nos pneus avant et de quelques bricoles. Nous les femmes on est de corvée d’école et de cuisine. Arthur et Nina sont au même niveau scolaire. On essaie de les faire bosser mais c’est un peu dur. La séance n’est pas extraordinaire mais à 4 dans un petit espace ça c’est bien passé.

Nos pneus seront changés, l’après-midi. Il y a moins de vent donc les enfants passent leur aprèm à jouer dans le sable.

Au moment de se coucher Adrien a été mordu par Happy. Ce dernier a été en train de manger et Adrien c’est approché de trop prés de sa gamelle. Manu est infirmière, elle l’a soigné et mis des strippes.

Pendant ce temps là Happy a fait beaucoup de trou et des tunnels. Le sable il adore.

On a bon feeling avec cette famille. Manu et moi on a le même humour. Les hommes ont l’air de bien s’entendre. Arthur et Adrien on une passion commune, les Lego. Les filles jouent à des trucs de filles.

On repars le jour de mon anniversaire, cette fois c’ais moi qui est 40 ans. Cette famille m’a offert un très beau cadeau. Ils sont venus me chanter “the chanson” aux portes de Ycare au saut du lit. des fois les plus beaux des cadeaux sont les plus simples.

On les quitte à regret mais chacun doit continuer sa route et on espère vraiment les revoir. nous avions hâte de les rencontrer après tous ces échanges et nous sommes content d’avoir réussi cette rencontre.

Avant de passer la frontière nous avons encore fait un arrêt le premier pour manger le midi au sud de Bilbao et le second en pleine nature pour y dormir.

Plusieurs séjour en Espagne, assez bref. Nous avons délaisser Las Bardenas nous le feroons lors de notre prochain voyage. nous sonnaissons un peu tous les coins de ce pays et au final notre prefére et la côte atlantique.

À propos de l’auteur

Emi administrator

Laisser un commentaire