Projet :

ParEmi

Projet :

Pourquoi ce projet:

Ce voyage ne sera pas des vacances d’où le mot aventure.

Cette phrase nous en avions conscience lors de notre premier road-trip en famille, là elle prend encore tout son sens.

 

Dés notre retour en octobre 2018, nous les parents savions que nous voulions repartir. Mais voilà, étant une famille recomposée, c’est un peu compliqué à organiser qu’une simple famille ou tout le monde devient l’aventurier.

Nos objectifs parentaux n’ont pas changé, nos esprits sont aguerris, nous savions cette fois dans quoi nous nous embarquions, pourquoi nous le faisions et comment faire.

Nous le faisons car la curiosité n’est pas un si gros défaut, bien au contraire. Plus on est curieux plus on apprend, plus on en a pleins les yeux. On veut ouvrir un bout de notre planète à nos enfants.

On veut que Nina apprenne autrement, qu’elle soit encore plus éveillée plus tolérante et généreuse.

Nina est partante cette fois mais elle a mis une condition, commencer d’abord la sixième donc connaître la vie d’une collégienne.

Comment repartir:

Cette fois nous vendons la maison deplus, les garçons sont quasiment tous partis (retour le weekend et vacances scolaires), cette dernière est trop grande cà tombe bien. Ca ne financera pas tout ce projet car nous l’avions acheté qu’en 2014 et remboursement crédit oblige. En attendant nous avons trouvé un appartement dans un HLM à 100m de la maison.

Qui dit maison grande dit certaines choses à vendre donc les vides greniers et les sites nous ont un peu aidés.

Entre temps Seb, c’est fait opérer du dos (arthrodèse) en accident de travail, nous pensions qu’il serait inapte mais son employeur se bat pour lui trouver un poste dans sa petite entreprise de BTP. Et nous pouvons pas redemander un congé sabbatique… Là, ca coince.

Oh! Qui s’invite dans notre projet c’est la COVID 19, vente et déménagement de la maison lors du premier confinement, plus de vide grenier. Mes garçons qui perdent leurs emplois et sont en situation limite mais chacun garde son indépendance.

En novembre nous doutons, Seb reprend le boulot dans son état car administrativement il a plus le droit d’être reconnu en AT. Deuxième confinement.

Moi la pessimiste de la famille était complètement positive car je pensais réellement que les pays ne pouvaient pas se fermer autant de temps au tourisme. C’est catastrophique pour certains c’est une situation morbide pour d’autres. Tout se referme. Nous devons donner notre préavis au plus tard le 5 décembre. Pour partir OU, notre rêve de deux ans d’Asie s’éloigne.

Nous ne voulons pas repousser car nous sommes prêts, nous avons hâte, c’est le bon moment pour nous. Mais j’ai peur pas d’être bloquée dans un pays de ne pas pouvoir partir.

Nous sommes en manque de ces moments, ces paysages, de ce mode de vie, des gens rencontrés et des nouveaux.

J’aurais voulu le faire tous ensemble mais il faut savoir aussi laisser ses grands enfants partir et accepter leurs choix. Çà a l’air plus facile pour eux que pour moi.

 

 

À propos de l’auteur

Emi administrator

Laisser un commentaire