Formalités d’entrée et renouvellement de Visa en Iran

ParEmi

Formalités d’entrée et renouvellement de Visa en Iran

Pour une entrée en Iran:

 

Le Visa :

le plus simple est de passer par l’agence Tap Persia pourquoi ? Les visas seront à 99 % refusé sans agence et celle-là à une bonne réputation et des prix trés corrects: 20€/ personne.

  • Documents demandés par l’agence:
  1. Photocopie de la page du passeport où il y votre photo, une photo d’identité.
  2. Remplir pour chaque personne leur formulaire sur leur site. Nous n’avons pas réussi donc l’agence nous a envoyé leur ancien formulaire par mails et choisissait bien votre lieu de récupération Visas.(suivait la liste)
  3. Votre itinéraire précis, jour/jour en mentionnant les hôtels si c’est votre cas ou “camper van’ pour nous. Vous inquiétez pas, à ce jour nous n’avons pas respecté notre itinéraire. L’agence nous a demandés d’être joignable dans la journée en cas de contrôle du ministère pour faire les modifications.
  4. Faire le paiement en suivant le lien, commissions pour nous de 3.60 €.
  5. Attendre 4 jours ouvrables iraniens pour recevoir ses codes Visas.
  • Consulat iranien: nous avons choisi de Erzurum en Turquie:  Muratpaşa, Emniyet Sk. No:49, 25100 Yakutiye/Erzurum, Turquie
  1. Avec votre document envoyé par l’agence qui montre votre préaccord et le nombre de jours accordés aller au consulat.
  2. Le consulat vous fait assoir dans la salle d’attente et prend votre document et votre passeport.
  3. Le consulat vous remet un ticket de paiement et une adresse pour la Zirrat banque où l’on doit s’acquitté du montant. Attention, regardé que le consulaire ait pris soin de noter le montant en euro. Sinon, vous ferrez comme nous des A/R.
  4. 75 € par visa, celui de 50 étant supprimé car nous avons le droit à 45 jours.
  5. La banque, elle n’est pas loin, nous ne l’avons pas trouvé sur Maps : Gazi Mahallesi, Hal Küme EvlerI No:201, 06330 Yenimahalle/Yakutiye/Ankara, Turquie.
  6. Au guichet vous ne pouvez que payer en cash et en Tl, un ATM de la poste est à l’intérieur du centre commercial, au second étage.
  7. Retour au consulat, quelques minutes d’attente et vous ressortez avec votre sésame.
  8. Cela devrait prendre moins de 2 h.

La douane terrestre :

Nous avons suivi les conseils du Consul et de Tap persia. Nous sommes rentrés par la douane de Koy prés de Van : Khoy-Qator-Razi Border Checkpoint, Iran.

  1. Vous devez vous munir d’un CPD, carnet de passage des douanes à demander https://www.automobile-club.org/tourisme-et-voyages/carnet-de-passages-en-douane. Il est possible de s’en passer en payant une certaine somme. Perso, nous sommes contents d’avoir une somme bloquée, à notre retour sa paiera les nouveaux frais d’un relogement en France.
  2. Trés facile, sans notre souci de hauteur du camion lié à l’échafaudage en moins de 2 h nous aurions traversé la frontière Turc et Iranienne.
  3. Les soldats iraniens sont trés gentils. Dès ce moment, les femmes de plus de 9 ans doivent porté le voile. Ils ont inspecté une première fois nos passeports, nos visas, nos attestations Covid de moins de 9 mois, nos tests PCR.et attestation assurance en anglais Pas de lecture au QRcode car ils ont vu qu’ils y en avaient un. Mais ils ont les lecteurs au cas où.
  4. Ils nous ont accompagné et nous ont épargné la longue file d’attente, au guichet visa. Quelques mots échangés et hop on est tamponné  sur l’attestation Visa et non sur le passeport. Document à garder, nous les avons photographié pour éventuellement des contrôles dans le pays (à ce jour 2 contrôles, ok avec les photos ).
  5. On oublie notre passage forcé. Pour le véhicule c’est le conducteur qui va d’un bureau à droite, puis à gauche, puis à droite puis retour au premier avec le CPD, Passeport, attestation Visa (pas la photo à ce moment-là), attestation assurance, recto-verso et carte grise.  C’est le bordel mais tout le monde vous aide. Aucun bakchich demandé.
  6. Vérifié que le CPD soit correctement rempli avant de redémarrer. Suivre ce qui est marqué en fin du CPD.
  7. Quelques centaines de mètres plus loin, une dernière fouille un peu plus minutieuse. (Ils avaient leurs godasse pourrit , pfff)

A nous la liberté.

La carte bancaire :

Attention aucune carte bancaire étrangères ne fonctionnent pas en Iran.

  1. Quand on rentre par voie terrestre, il vaut mieux faire appel à Daric Pay, meilleur taux que l’agence et il peut vous l’envoyé partout en Iran (hôtel, resto…) Arya Daric Pay : +98 903 274 2012. Trés réactif sur WhatsApp. 
  2. 20 € la carte, une seule suffit, on peut la réapprovisionner quand on a besoin en appelant Dari. N’ayez pas peur les virements se font sur des banques hongroises, polonaises. Les Iraniens font ce qu’ils peuvent depuis l’embargo américain.
  3.  Temps d’envoi 4 jours. Nous en sommes à presque un mois car nous l’avons demandé quand nous sommes arrivés en Iran. (les Français n’étaient pas sur de pouvoir passer la frontière en mars), et il y a les fêtes du nouvel an. Les banques ferment 15 jours.
  4. La carte est trés utile. La plupart des sites n’acceptent pas de liquide donc nous devons trouver un gentil Iranien qui accepte de payer pour nous et nous le remboursons. Même chose pour le gasoil, nous devons attendre un chauffeur qui accepte, et en plus selon le jour de la semaine et le moment de la journée vous pouvez être rationné. De plus nous ne pouvons pas payer les petites choses comme le pain. Les iraniens ne rendent pas la monnaie où alors avec des oignons, des gâteaux des bombons. 
  5. S’il vous reste de l’argent à la fin de votre séjour il vous est restitué.
  • L’argent liquide :
  1. Impossible de se servir de nos Visa ou Mastercard en Iran, toujours le fameux embargo.
  2. Arrivée avec vos cash prévu pour votre séjour que des euros ou dollars.
  3. Le change, ne fait pas la même erreur que nous. La première fois je suis allée seule au bureau de change. Le guichetier parle en monnaie Toman et vous paie en Rial. C’est trés facile de se faire arnaquer. Comme moi, de plus de 100 €. Vous recevez tellement de billets que c’est incomptable. 
  4. Nos autres changes, nous les avons fait soit avec notre guide Habib, avec des amis iraniens rencontrés (un juge) et qui sont prêts à vous aider sans aucunes arrière penser.
  5. Nous avons subi la pénurie de billet à cause des vacances. Donc nos amis ont du faire le change dans la rue devant les bureaux qui n’avaient plus rien. Quand un iranien le fait pour vous, et que vous etez à distance, vous obtenez un meilleur taux et quasiment pas de commission.

Petits conseils supplémentaires :

  1. Arrivés avec un plein de courses et une autonomie de 300 Km en gasoil, pour vous familiariser avec la monnaie et malgré que l’Iran est un pays pétrolier avec de rares stations-services.
  2. L’importation d’alcool (vinaigre blanc compris, il y en a ici) et la viande de porc ainsi que les drones sont interdits. (Nous sommes rentrés avec une bouteille de vin oublié, et pourtant ils ont ouvert ce placard-là, et du pâté en boite au fond des soutes ).
  3. Maintenant on trouve de la nourriture pour animaux ce qui n’était pas le cas en 2018.
  4. Sur les conseils de Valentina j’ai fait le plein de produits laitiers qu’elle trouvait chères ainsi que les céréales pour les enfants.
  5. Les fruits et légumes partout. 
  6. Pour les femmes les serviettes hygiéniques sont de” grosses pattes a cul” comme dirait ma grand mère. Donc à vos préférences mesdames.
  7. La carte Sim: obligatoire car nos forfaits ne fonctionnent pas.(ayez aussi un VPN). Nous avons fait plusieurs tentatives à Tabriz car les touristes doivent attendre 1 mois avant d’avoir une carte. Ou un hôtel doit se porter garant. Au 3e essaie, il a été concluant. Voici l’adresse de Tabriz Iran cell : 388F+WQV, Tabriz, East Azerbaijan Province, Iran. c’est l’adresse de la confiserie car pas marquée sur Maps, c’est juste à coté. (Les choux de la pâtisserie sont excellents et quasiment donnés).  2.50 € pour la carte Sim 20 gigas et des forfaits téléphoniques renouvelables n’importe ou agence tel, hôtels, office du tourisme) pas encore tester . Changer d’emplacement de carte Sim au bout de 29 jours, sinon tel bloqué.

En cas de soucis de questions ou envie d’en savoir plus sur certains lieus. Notre cher guide Habib rend notre voyage beaucoup plus serein. Il est francophone et certains des Fams ont déjà fait appel à lui. Nous l’avons tous validés.

Habib :+98 917 927 9100 WhatsApp il peut aller partout en Iran.

Renouvellement de Visa :

Allez dans n’importe centre d’immigration, il y en a dans chaque grande ville. 4 jours avant la fin du Visa, cela suffit, attention à leur jour de week-end (jeudi, vendredi) c’est fermé.

Saché que toute immigration vous confisque à l’entrée, téléphones, tablettes, liseuses…

  1. Premier renouvellement : fait à Bandar Abas.
  • 2 photocopies des passeports.
  • 2 photos d’identité.
  • 1 photocopie de l’attestation où le tampon du Visa est stipulé.

Je vous conseille de vous y rendre dès l’ouverture. Nous étions à 8 h, les premiers. Mais après beaucoup de monde est arrivé.

L’employé vous posera quelques questions: qu’avez vous fait, qu’avez vous aimé, comment vous voyagez, et qu’allez vos faire.

Il part demandé à son chef, que nous ne verrons jamais. On nous a conseillé de demander le maximum, 3 mois, nous avons eu 1 mois.

En revanche , le tampon sur l’attestation originelle on l’a attendu presque deux heures. Il voulait nous faire revenir. Nous avons trés gentiment refusé. Puis nous l’avons eu sans aucun autre souci.

La bonne nouvelle c’est que le Visa part à partir du dernier jour du visa actuel.

Il en coute : 1.72 €/ personne.

  1. Deuxième renouvellement : fait à Téhéran
  • Même documents, en revanche, on peut faire les photocopies ainsi que les photos sur place, en les payant bien sur.
  • L’immigration de Téhéran c’est un enfer! On passe de bureau en bureau, aucun n’agent ne parle anglais. C’est complètement stupide vue qu’ils ont affaire à des étrangers !
  1. 1 étage: on nous demande nos passeports et nos attestations de Visas. Nous passons devant Mr le Colonel, qui nous pose les questions : où, quand, comment. Ils nous donnent un petit papier
  2. rez-de-chaussée: nous y descendons avec notre bout de papier, pour récupérer un dossier rose et une feuille à remplir anglais-farsi :personne. Que l’on paie : 0.35 cts € / dossier.
  3. Au même endroit (où juste à côté cela dépend du personnel) nous y avons fait nos photocopies. (3 passeports, 3 attestations de Visas soit 6 en tout: 3.45 €
  4. 1 er étage : porte 1. après avoir rempli avec difficultés ( google translate étant en consigne avec le téléphone et que l’anglais, bof, bof.) on remet nos dossiers au Mr de ce bureau qui nous les rend et nous fait payer (soit à la borne au rez-de-chaussée soit dans son bureau).  Il prend le ticket de paiement et vous remet ou pas un ticket pour récupérer votre visa. Et il prend ou pas vos passeports et attestation original.
  5. porte 8: récupération des sésames contre le ticket.

Concrètement pour nous:

Nous y étions à 9 h, beaucoup de monde déjà. Nous faisons la queue au premier, l’entrée est gardée par un jeune militaire. Une jeune fille Afghane nous aide à lui expliquer que nous voulons renouveler nos visas touristes. Elle, elle est là pour son Visa étudiant (tout est aux mêmes endroits touristes, étudiants, médicales, travail).

Devant le Colonel, elle nous aide et elle s’efface. Il prend le relais en baragouinant  de l’anglais. Il nous donne un bout de papier pour la récupération des dossiers.

Là c’est le bordel pour nous. Au rez-de-chaussée, une fois avoir fait la queue au seul bureau ouvert, il nous donne une étiquette du scanne de notre numéro de passeport. Cet “idiot” la colle sur nos attestations originales de Visa. Nous comprendrons, par la suite, que ces étiquettes sont à coller sur le dossier rose.

Les dossiers roses, on a pas trouvé le bureau (le cagibi), ont fait des tours et des tours. Tous les panneaux sont écrits en farsi. Un Irakien viendra à notre aide (plusieurs fois) et nous emmène derrière le bureau à étiquette. On a que 250 000 rials au lieu de 300 000 rials pour les dossiers, ici tu les payes en liquide. Le jeune militaire nous les remet, sans se formalisé. La photocopieuse est en face, ouf là on peut payer en CB, d’ailleurs qu’en CB ?!

A l’étage on rempli nos dossiers comme nous pouvons.

 l’Irakien nous ouvre la porte gardée par le jeune militaire. Retour au Colonel. Il nous demande combien on veut: deux mois…Il rigole et nous tamponne nos dossiers pour un mois.

Retour à la file d’attente pour un long moment sans rien comprendre de la file d’attente.

Porte 1 : l’Irakien, nous fait entrée. Au mon Dieu c’est quoi se bordel! L’agent a du monde tout autour de sa petite table avec des dossiers ouverts de partout. Chacun se sert du terminal de paiement de CB mobile. Tiens l’Irakien, en paie plus de 20. Ah c’est un facilitateur!

Il est 13 h, les bureaux ferment dans 20 minutes. Logiquement c’est mon tour (Cécé et Nina doivent rester en salle d’attente). Y a des mains de partout! L’agent demande à un Australo-iranien de me faire payer les 3 tickets. (L’appareil est en farsi et l’on doit cocher un choix, c’est pas son job à l’agent ?). Il demande à cet étranger (qui est là pour un Visa étudiant) de transcrire le côté de nos feuilles en farsi car lui ne lie pas l’anglais. Le bordel, je l’ai déjà dit ca !? A la seconde feuille, un agent plus gradé lui dit que c’est stupide (ca j’avais compris).

Retour au bureau avec le jeune. (toujours autant de désordre).L’agent lui demande de mettre notre numéro de passeport en farsi! Sérieux, waouh la responsabilité ! Le jeune est dirigé vers le fond. Je suis seule avec une famille Afghane super sympa. L’immigration ferme dans 5 minutes, l’agent m’explique via l’Afghane de revenir dans 8 jours. Ah non hors de question ! Elle traduit. Il nous demande d’attendre et va voir son supérieur.

Les bureaux se ferment les uns après les autres. Je sais pas trop quoi faire, mon instinct me dit de ne pas bouger. La famille ne bouge pas non plus. Il revient un bon quart d’heure plus trad avec les engueulades de ses collègues.

On doit revenir demain matin.

Nous sommes les premiers dès 7h45. Il n’y a que le jeune militaire, le gardien de la porte. Les agents et le Colonel arrivent au fur et à mesure. Le nôtre arrive en dernier avec des œufs , de l’huile… Le garde  nous fait entrer. Notre agent, passe notre dossier à un gars du fons, en prenant nos passeports et nos attestations Visas. 

Retour dans la salle d’attente qui se remplit (tient la famille Afghane). En fait à 8 h30 après avoir reçu 3 personnes et nous, ils ferment les portes et prennent le petit déjeuner.

Réouverture à 9h. Je rerentre dans le bureau. L’agent me sourit (depuis hier il me dit OK toutes les 5 secondes et me dit : Didier Deschamps). Là, je le vois prendre des tickets de zoo, et commencés à appeler ses collègues pour leur donner leur commande. Et moi, je suis planté là.

Pfft !

Il met le tampon sur l’attestation de Nina. S’arrête ! Papote encore avec son collègue ! Puis le rempli et s’arrête. Il fait sa pendant plus d’une demi-heure. 

Il m’envoie chez le colonel pour que ce dernier signe. Il fait la même chose. Son bras en l’air pour tamponner et il parle avec un collègue. 

Au bout d’une longue heure, pour un tampon et une signature par feuille, on m’envoie à la photocopieuse pour faire une autre photocopie recto- verso de l’attestation des Visas. (recto-verso c’est pas faire, 6 feuilles, cette fois 0.34 Cts € )

Et de retour, je tends les feuilles à l’agent qui me dit : OK FINICH! Je prends Cécé et Nina et on se barre en vitesse avant autre chose.

Total frais de Visas :  15.16 € pour trois personnes et pour deux renouvellement.

Validité CPD, en Iran :

Nous avions une suspicion par rapport à cette validité: l’importation du véhicule temporaire en Iran. Nous avions dans la tête 3 mois ou un an (date de la validité dudit CPD).

A l’immigration et par d’autres amis on c’est fait traduire le tampon fait par un douanier le 12 mars, jours de nôtre entrée en Iran: validité 10 jours.

Hein comment, c’est quoi ce bordel ! Ca ne dépend pas de l’immigration. De qui ? Là est la question !

Un facilitateur de frontière qui est connu dans notre groupe, me dit que je vais prendre une énorme amende mais que bien sur lui, il pourra négocier pour nous lors de notre départ. Il nous demande 70 €.

Je suis perplexe. Nous ne savons pas trop quoi faire.(automobile club Téhéran et France reste sans réponse, ambassade de France …)

  1. Repasser par la même frontière. Nous supposons que les douaniers ont enregistré notre véhicule en camion marchandise
  2. Prendre celle de l’Arménie comme prévu, mais l’agent est toujours à cette frontière. Nous supposons qu’il est de mèche avec les douaniers, il avait déjà la photo de notre camion. Il est sur Facebook ce gars.

Sortie de l’Iran par l’Arménie :

Nous sommes le 5 juin, nous avons une validité de notre Visa jusqu’au 25 juin. Nous avions prévu d’autres découvertes, mais nous écourtons. Ce n’est pas de gaieté de clouer car aujourd’hui c’est l’anniversaire de Nina et celui de notre mariage. Mais nous comptons sur le fait que c’est un jour férié en Iran et un dimanche en Arménie. Peut-être moins de personnels:

Arrivés à la douane à 18 h30.

  • Le douanier de sa guérite vérifie le passeport de Cécé et le carnet de passage de douane de Cayon. RAS, on peut entrer dans la douane. Je me dis c’est tout bon. Pas si vite.
  • Nous descendons tous les trois, nous rentrons dans le bâtiment des douanes. Un hall d’aéroport. Là le capitaine  nous tamponne en trente secondes nos attestations de sortie. Il vient juste regarder l’intérieur du camion par curiosité.
  • Prochain arrêt la vérification du véhicule et du carnet. J’accompagne Cécé. Les douaniers sont en poses et beaucoup de camions sont en attentes.
  • Et là c’est le HIC ! Le douanier tic sur les 10 jours de tampon. On fait les ignorants. demande notre attestation de Visa. Il ne comprend pas pourquoi son collègue de Koy à mis 10 jours au lieu de 45 jours. (on se pose toujours la question). Il montre nos papiers au second douanier en costume (le chef). Perplexe attendez 10 minutes.
  • 1h plus trad nous sommes toujours devant la douane, nous regardons l’employé libèrer progressivement les camions. Il nous voit nous sommes bien en vue.
  • Son chef l’apostrophe, nous comprenons qu’il veut qu’il nous libère.
  • Nous allons avec lui dans un hall vide, c’est férié pas d’employé ! Il cherche un tampon rouge. Nous tamponne en nous disant que normalement nous aurions dû avoir une amende d’au moins 600 € mais il ne sait pas comment calculer. Il rigole de cette aberration.
  • Et là la douche froide. Il nous demande une photocopie de l’attestation de Cécé  avec les Visas. Nous lui demandons de prendre des photos comme ses collègues. Il ne veut pas car, le lendemain il devra expliquer notre sortie. Cécé court chez le capitaine. Pas de photocopieur aujourd’hui. Ils n’ont pas les clés.
  • Sérieux on va rester coincé en douane juste pour une photocopie. Ouf, le petit market, nous prend en peine et nous gratifiera d’une photocopie.
  • La taxe gasoil: c’est férié, on peut pas l’encaisser car pas d’ordinateur allumé. 
  • Il est 20 h30, nous nous en sortant mieux que prévu.

Personne, nada, c’est normal c’est férié.

Nous passons le pont, nous rentrons en Arménie :

 

 

 

À propos de l’auteur

Emi administrator

Laisser un commentaire